Université d'Auvergne Clermont1 | CNRS

.

Classification automatique de données IRMf : application à l’étude des réseaux de l’émotion

05/07/2013 11:00
speaker: 
Arnaud Fournel
location: 
Le Puy

 

Depuis une quinzaine d’années, l’Imagerie par Résonance Magnétique fonctionnelle (IRMf) per- met d’extraire de l’information sur le fonctionnement cérébral et particulièrement sur la localisation des processus cognitifs. L’information contenue par les acquisitions en IRMf est extraite à l’aide du modèle linéaire général et du processus d’inférence statistique. Bien que cette méthode dite « classique » ait permis de valider la plupart des modèles lésionnels de manière non invasive, elle souffre de certaines limites. Pour résoudre ce problème, différentes techniques d’analyse ont émergé et proposent une nouvelle façon d’interpréter les données de la neuroimagerie.

Nous présentons deux nouvelles méthodes multivariées basées sur les cartes de Kohonen. Nos méthodes analysent les données IRMf avec le moins d’a priori possibles. En parallèle, nous tentons d’extraire de l’information sur les réseaux neuronaux impliqués dans les émotions.

La première de ces méthodes s’intéresse à l’information de spécialisation fonctionnelle et la seconde à l’information de connectivité fonctionnelle. Nous présentons les résultats qui en découlent, puis chacune des méthodes est comparée à l’analyse dite classique en termes d’informations extraites. De plus, notre attention s’est focalisée sur la notion de valence émotionnelle et nous tentons d’établir l’existence d’un éventuel réseau partagé entre valence positive et valence négative. La constance de ce réseau est évaluée à la fois entre modalités perceptives et entre catégories de stimuli.

Chacune des méthodes proposées permet de corroborer l’information recueillie par la méthode classique, en apportant de nouvelles informations sur les processus étudiés.

Du point de vue des émotions, notre travail met en lumière un partage du réseau cérébral pour les valences négative et positive ainsi qu’une constance de cette information dans certaines régions cérébrales entre modalités perceptives et entre catégories. 

(EMC/Université Lyon 2)